Lundi 16 juin 2014 — Dernier ajout dimanche 22 juin 2014

Travailler après un BAC PRO Electrotechnique (L’Etudiant.fr)

Voici un article paru sur le site de l’Etudiant.fr,

qui vous donnera quelques pistes utiles

pour travailler après votre BAC PRO ELEEC :

Le diplôme donne des compétences pour travailler dans la production, la distribution, le transport ou la transformation de l’énergie électrique.

Les titulaires travaillent aussi bien à l’extérieur des bâtiments que sur le câblage intérieur, pour faire fonctionner les machines et matériels divers.

Si vous souhaitez travailler tout de suite après un bac pro électrotechnique, vous pouvez postuler comme électricien, installateur en télécom(s), monteur câbleur, technicien d’intervention clientèle gaz ou encore ascensoriste (le professionnel qui s’occupe de la maintenance d’ascenseurs).

Le métier d’électricien est très demandé sur les ateliers, les chantiers, dans le secteur de l’habitat ou pour les équipements publics.

Renseignez-vous auprès des entreprises artisanales, des moyennes ou grandes entreprises telles que la SNCF ou ERDF.

À noter : ERDF propose en général un CDI (contrat à durée indéterminée) aux diplômés qui ont effectué leur bac professionnel en alternance dans l’entreprise. « Sur les 1.700 embauches de l’année 2011, 500 sont des diplômés du bac pro électrotechnique », précise Patricia Marseille, directrice développement RH (ressources humaines) et compétences à ERDF. Les métiers d’entrée, comme technicien réseau ou technicien clientèle, sont rémunérés entre 20.000 et 24.000 € bruts annuels selon l’expérience professionnelle.

Les qualités requises :

« Pour travailler dans le secteur électrotechnique, il faut être curieux, motivé et savoir se remettre en question », affirme Eric Lecomte, professeur d’électrotechnique au lycée Ampère, à Marseille. D’autre part, en plus des compétences théoriques, les recruteurs exigeront de vous des qualités relationnelles. « Il faut savoir travailler en équipe, avoir le sens de l’écoute et du dialogue », assure Patricia Marseille.

Sachez aussi que certaines entreprises peuvent vérifier vos aptitudes physiques avant de vous embaucher. « Il ne faut surtout pas être daltonien pour ne pas confondre les fils électriques », prévient Eric Lecomte. ERDF fait passer un test aux postulants. « Pour la réparation des câbles électriques en hauteur, il faut être capable de monter aux poteaux », justifie Patricia Marseille. « Avoir le vertige peut également poser problème pour un poste d’ascensoriste », ajoute Laurence Paris, directrice du recrutement chez Otis.

Pour les filles aussi !

L’électrotechnique est un secteur qui attire principalement les hommes. Mais les quelques filles qui s’orientent en bac pro réussissent aussi bien. Eric Lecomte témoigne : « Les filles s’intègrent facilement en classe et sont surprotégées par leurs camarades et leurs enseignants. Elles travaillent plus car elles veulent montrer qu’elles ont leur place ». Si vous êtes encore sceptique sur vos chances de décrocher un emploi dans l’électrotechnique, Patricia Marseille vous rassure : On aimerait recruter plus de femmes car il y a des possibilités d’emploi pour elles au sein d’ERDF ».

Comment postuler ?

Les offres sont généralement publiées sur le site Internet des entreprises, à la rubrique recrutement. Chaque candidature en ligne (CV, lettre de motivation, formulaire) est traitée par les ressources humaines qui décident ou non de tester les connaissances techniques et aptitudes du candidat. D’autres entreprises ne se contentent pas que du recrutement en ligne. « Chez Otis, nous effectuons parfois des présentations dans les écoles et nous travaillons avec les missions locales », explique Laurence Paris.

Les possibilités d’évolution :

Au bout de 3 ans en moyenne, un technicien ERDF peut devenir chef d’équipe et chef de chantier sur installations électriques. Il gère alors des équipes de techniciens, l’organisation du chantier et l’aspect technique et financier des projets.

Il est également possible de se spécialiser dans un domaine précis : électroménager, ascenseurs, climatisation, etc.

Chez Otis, un technicien peut régulièrement passer des examens pour valider ses progrès. « Nous avons un centre de formation technique prévu à cet effet. On peut évoluer vers un poste de leader et devenir le bras droit du manager d’équipe », explique Laurence Paris. Un chef d’équipe, encadrant plusieurs techniciens, peut être rémunéré entre 22.000 et 26.000 € bruts annuels.

Lire la suite :